Je veux tout savoir de la transformation numérique !
Témoignages, carnets ou guides pratiques à télécharger…
Identifiez-vous pour accéder à l’intégralité du site en illimité et être tenu informé dès qu’un nouveau contenu est publié !
Je m'identifie
Carnet :
Mot-clef :
Thème(s) :
Secteur(s) :
Entreprise(s) :

« Une remise en question culturelle »

Thomas Perrin
Directeur Général Adjoint Développement
Groupe Apicil

Avec 1 300 salariés et près de 1,5 million de clients, le groupe Apicil est aujourd’hui le 5ème groupe français de protection sociale, leader en Rhône- Alpes avec 2 804,2 millions d’euros d’encaissement de cotisations en 2014 (retraite et assurances de personnes).

Propos recueillis par Christophe Guillemin

En s’appuyant sur des fondamentaux métiers toujours solides, les assureurs doivent gagner en agilité à tous les niveaux s’ils veulent s’aligner sur les nouveaux standards d’immédiateté et de fluidité. Dans la relation client, mais aussi en interne et avec les partenaires.

Comment appréhendez-vous la digitalisation de l’économie ?
Comme une opportunité et ce, à plusieurs niveaux. D’abord sur le plan de la qualité de service réelle et perçue : en automatisant et numérisant des actes encore largement manuels, il est possible d’offrir un service de qualité disponible à tout moment ainsi qu’une grande transparence dans la relation contractuelle. Le tout, en optimisant les coûts.
Sur le plan de la distribution ensuite, les nouveaux outils permettent de fluidifier les processus commerciaux avec une simplification de la mise en gestion, une réduction des risques d’erreur et une augmentation du temps de dialogue dans la relation commerciale. Enfin, il y a un enjeu d’image non négligeable pour une industrie qui paraît souvent un peu old school.

 

« L’innovation de rupture
pourrait survenir sur la manière d’opérer le métier et la relation avec le client »

Y voyez-vous aussi un facteur de fragilisation de votre modèle de distribution ?
S’il n’est pas nul, le risque d’uberisation n’est pas aussi critique que dans d’autres secteurs. Nous sommes en effet sur un métier de stock ce qui forme une barrière à l’entrée et nous donne un peu de temps pour nous doter des moyens de réagir car la menace est plausible.
En outre, sur le secteur de la protection sociale où nous sommes présents, la probabilité d’une innovation produit radicale est pratiquement nulle du fait de la réglementation. L’innovation de rupture pourrait en revanche survenir sur la manière d’opérer le métier et la relation avec le client.

Deux articles vous sont offerts sur ce site.
Pour continuer à lire d’autres expériences, transformation, identifiez-vous !
Je m'identifie
Groupe Apicil

Avec 1 300 salariés et près de 1,5 million de clients, le groupe Apicil est aujourd’hui le 5ème groupe français de protection sociale, leader en Rhône- Alpes avec 2 804,2 millions d’euros d’encaissement de cotisations en 2014 (retraite et assurances de personnes).